Au Musée d'Archéologie de Grenoble

Samedi 31 octobre 2020 de 13h à 20h

+ ouverture supplémentaire
Dimanche 1er novembre 2020 de 13h à 18h

REPORTÉ AU PREMIER SEMESTRE 2021


REPORTÉ AU PREMIER SEMESTRE 2021

Cette année encore le Musée archéologique Saint-Laurent célèbre la fête païenne d'Halloween. A cette occasion il s'associe à ARCAN pour proposer une programmation artistique originale d’oeuvres numériques spécialement créées pour l'occasion. Pendant 2 jours, sorcières et robots prennent possession des lieux et vous invitent à le parcourir autour de performances et d'installations visuelles, sonores et interactives.

Pour la durée du week-end d'Halloween, le Musée d’Archéologie de Grenoble sera habité d’une part tenue secrète de sa collection. A l'occasion de ces journées exceptionnelles, se présentera à vous une sélection de Fossiles hors du temps, renfermant la trace de passés et de futurs non si lointains. En vous approchant de chacun d’eux, vous devinerez vite les lignes familières de Machines esseulées, rangées, perdues ou jetées, déjà remplacées, incroyablement vite oubliées. Dépoussiérés par vos soins, elles s’animeront et révèleront alors la mémoire et les souvenirs que d’autres avant vous leur auront confiés. Enfin, elles vous rappelleront combien elles sont présentes dans nos vies, nourrissant irrésistiblement les Rituels, intimes ou collectifs, heureux ou sombres que nous inventons et invoquons jour après jour.


Enfants de tous ages,
venez costumés,
venez frissoner,
venez dévorer oeuvres et friandises !

Pour les autres, et pour la sécurité de tous,
apprétez-vous de vos plus beaux masques.

Avec le soutien du Département de l'Isère, ARCAN et le Musée Archéologique de Grenoble s'associent pour proposer une programmation d’oeuvres numériques empreintes de toute sa charge patrimoniale, historique et culturelle, et spécialement créées à l’occasion des festivités d’Halloween.

Suivent les premiers indices quant aux 6 créations originales que vous pourrez y découvrir

samedi et dimanche

Les Wa ! Les Wi ! Les Witchhhhh !

Installation ludique, sonore, visuelle et interactive tout public dès 6 ans.

Magie, plantes et technologies. Suis les recettes de grand-mère et découvre quelle sorcière se cache derrière. On entre dans cette pièce aux chaudrons et miroirs magiques comme dans un espace de djing et vjing. Pour interagir avec les miroirs, il faut suivre des recettes et des rituels qui les activent.

Par Flaca Boonse

Esprit fantasque sculptant son écriture dans la poésie, l’ironie et les histoires sordides, Flaca qui signifie maigre en espagnol, est aussi une expression argentine qui pourrait s’apparenter à « Wesh Gros ». Boonse fait référence à la peinture de Mary Boone par JM Basquiat. Flaca Boonse souffle, chante dans de l’eau à la recherche d’une ambiance sonore aquatique ou mélodique à l’aide d’un tuyau. Elle filme l’eau d’un aquarium pour l’utiliser comme contrôleur d’effet numérique. Elle projette ses images sur des roues de vélo en pleine rotation. Souvent dans le noir, elle joue avec les lumières et les ombres entremêlées à de la vidéo. Elle en profite pour poser sur la table tout type de matériaux, de l’eau, du plastique, du métal, du bois, du verre et les met en interaction avec des outils comme le micro piezo, les capteurs, les cartes électroniques. Sa voix, sa musique, les sons, les bruits, les samples et les images, sont objets de son laboratoire. La rencontre entre les différentes matières est au cœur de son travail et lui permet de rendre vivants et ludiques les outils numériques qu’elle utilise.

et Christelle Mechain

Issue d'une double formation en art et en développement informatique, Christelle Méchain est une artiste pluridisciplinaire. Makeuse, circuit-bender, artiste du "creative coding", elle expérimente le numérique au travers d'objets anciens, de jouets et de capteurs en tout genre. Basée à Lyon, elle est très investie dans le milieu des arts numériques où elle prend part aux évènements/ateliers de la ville en tant que spectatrice, apprenante et intervenante."


samedi et dimanche

Sympathy for the Devil

Installation Interactive

Sympathy for the Devil est une pièce déambulatoire, ou des automates placés à différentes étapes du parcours semblent enchaîner les boucles d'un long tourment. Caché à travers le musée ils pastichent les animatronics des parcs d'attraction, tout en s'amusant à mettre en avant l'esthétique économique des maisons hantées foraines. Le spectateur est invité à scanner des QR code placés au-devant des sculptures mouvantes, afin d'écouter leurs histoires. On suit les palabres et les lamentations du gardien numérique, d'un enfer digital mis en place par une I.A dans un futur pas si lointain, laissant la parole à chacun des éléments constituant sa personnalité et tous là pour l'aider à mieux tourmenter une humanité maintenant soumise à la toute-puissance de sa propre technologie, mais avant tout pour le faire souffrir lui. Chaque sculpture raconte sa propre histoire, tout en mettant en avant l'histoire de l'intelligence artificielle et le concept de Basilic de Roko.

Par Kevin Ardito

Kévin Ardito, est un jeune artiste, développant une pratique sculpturale entre robotique et environnement mécanique. Passionné depuis l’enfance par le bricolage et le pouvoir de « faire par soi même », il s’investit rapidement dans la mouvance des makers, en reprend l’esprit afin de donner la réplique au champ sculptural. Utilisant les outils numériques comme générateur d’émotions et d’expérience, il se plaît à s’interroger sur la nature de notre perception culturelle, en proposant une relecture amusée et caustique de l’industrie du divertissement dont il se sent comme l’un des produits. Mêlant une lecture des stéréotypes hollywoodiens, des techniques d’effets spéciaux et la programmation informatique, il élabore une approche où pathétique et empathie sont des matériaux au service d’un sourire ironique et narquois. L’humour est alors un piège se refermant sur le spectateur, un élément de lutte contre le monde ordonné.


samedi et dimanche

Necromancy

Installation

Necromancy est un dispositif qui interroge l’outil technologique en tant que miroir de nos civilisations. Cette installation multimédia prend l’allure d’un rituel plongé au fond d’un musée archéologique. Necromancy dévoile des pouvoirs de divination liés à la technique de diffusion qui se manifestent subtilement, telles des apparitions sonores et visuelles animées numériques.

Par Nicolas Gaillardon

Le travail de Nicolas Gaillardon peut prendre la forme d'installations, de peintures, de dessins, ou encore de sculptures, certaines formes pouvant être plus volumineuses que d'autres. Cependant toutes sont construites à partir d'éléments puisés dans notre environnement quotidien et médiatique, avant d'être mêlés à des réflexions, des inspirations plus personnelles. Ce qui intéresse Nicolas Gaillardon, c'est de concevoir ces différentes pièces comme les acteurs de notre époque. Souvent animées d'une certaine violence, elles nous dévoilent une partition poétique pour tenter de nous interpeller et de mieux comprendre les enjeux de notre monde.


samedi et dimanche

Chronoboros

Installation visuelle avec légère ambiance sonore

Chronoboros est une exposition imaginaire et participative d’objets et d'événements fantasmés. Cette installation sous forme de frise circulaire présente le temps comme une suite d’itérations de siècles où usages, outils et cultes divergent ou entrent en résonance. Chaque spect’acteur pourra ajouter lors de son passage un événement ou imaginer et dessiner un objet pour prolonger cette exposition d’anticipation collaborative.

Par LePueblo

Pablo est dans le commerce équitable d'humour et d'imaginaire. Il crée des illustrations oniriques, écrit et dessine des livres pour enfant, réalise des BD fantastiques ou de vulgarisation sur la parentalité, la psychomotricité, les écrans. Tout ça c'est pour cacher qu'en réalité, il aime les frites, les oranges et la bière ambrée.


samedi à 14h, 17h et 19h30 (durée 20min)

Chkala Kardacheva

Performance

L’échelle de Kardachev théorise le classement des civilisations sur les critères de leur niveau technologique et de leur consommation énergétique, sous la forme d’une progression exponentielle allant de la civilisation de Type I, capable d’accéder à l’intégralité de l’énergie disponible sur sa planète, à celle de Type III, capable de capter de capter l’énergie à l’échelle d’une galaxie entière. Au travers de performances sonores et visuelles collectives, Eptagon offrira trois projections éphémères et futuristes d’une humanité qui lève le progrès technologique au rang de déité, qui poursuit avidement sa course vers le statut de Type I, et qui compte sur cette même technologie pour offrir les solutions permettant à ce modèle d’expansion irréversible d’oeuvrer, indéfiniment.

Par le Collectif Eptagon

Eptagon est un collectif d’artistes grenoblois, rassemblant depuis 2016 des musicien.ne.s, vidéastes et créateur.ice.s numériques grenoblois.es autour de pratiques artistiques hybrides et multiformes. Attaché aux esthétiques expérimentales, voire extrêmes, il constitue un socle commun aux artistes et projets mais également un réseau favorisant les collaborations éphémères, comme en témoigne la formation de performeurs présents pour cet événement.


samedi et dimanche

Pleine Mer

Installation Interactive

Pleine Mer​ est une installation qui propose au spectateur de plonger dans l’intimité de la data et d’y révéler ses paradoxes. À la fois éphémère et éternelle, chaleureuse et hostile. Notre présence sur internet et les réseaux laisse des traces. L’étendu de la surveillance et des données auxquelles nous consentons l’accès semble flou. Un serveur quelque part s’active, archive et traite cette information. Cette data est difficilement lisible et pourtant, si on prend la peine de la décrypter et de faire les bonnes associations, on peut y déceler toute l’humanité de notre quotidien. Félix Cote a décidé de partir à la recherche de sa propre data. Celle qu’il produit chaque jour et que les géants du net se partagent. Il la met en scène avec ​Pleine Mer​ et imagine ce qu’il restera de ce contenu intime dans le futur.

Par Félix Cote

Félix Cote est un artiste plasticien, visuel et multimédia. Basé à Grenoble, il obtient en 2016 un master en Art Science et Technologie ainsi qu’un diplôme d’ingénieur multimédia. Il délaisse le monde de l’ingénierie et se consacre à sa pratique artistique. Il met en avant une approche pluridisciplinaire dont l’objectif est d’ancrer le numérique dans le monde physique. Par cette démarche il revendique un regard conscient et critique sur la technologie. Son approche est exploratoire et axée sur le questionnement et la médiation avec le public.


Organisé par ARCAN et le Musée d'Archéologie de Grenoble

Avec le soutien du Département de l'Isère

Hit enter to search or ESC to close